Trulicity® (dulaglutide)

L'ensemble des documents de référence pour Trulicity (le résumé des caractéristiques du produit (RCP), la notice, l’ensemble des avis de transparence et, le cas échéant, les manuels d'utilisation ou la Fiche d’information thérapeutique) est disponible et consultable en ligne

Ces éléments d’information sont fournis en réponse à votre question d’information médicale et peuvent contenir des données ne faisant pas partie des indications validées dans nos autorisations de mise sur le marché. Pour une information complète, se reporter au Résumé des Caractéristiques du Produit.

Trulicity® (dulaglutide) chez les patients atteints d'insuffisance rénale

L’efficacité et la sécurité du dulaglutide sont similaires à celles de l’insuline glargine chez des patients atteints de maladie rénale chronique.


Trulicity® (dulaglutide) : insuffisance renale

L’efficacité et la sécurité du dulaglutide sont similaires à celles de l’insuline glargine chez des patients atteints de maladie rénale chronique.



Étude de pharmacologie clinique

Dans une étude de phase I de pharmacocinétique (PK) évaluant une dose unique de 1,5 mg de dulaglutide administrée à des patients atteints d’insuffisance rénale, y compris d’insuffisance rénale terminale (IRT), aucune variation cliniquement significative des paramètres PK du dulaglutide n’a été observée.1




Étude AWARD-7

L’étude AWARD-7 était une étude multicentrique, randomisée, en ouvert (en aveugle pour la dose de dulaglutide), de 52 semaines qui comparait l’efficacité et la sécurité d’emploi de dulaglutide 1,5 mg et 0,75 mg une fois par semaine à l’insuline glargine une fois par jour, chez des patients diabétiques de type 2 présentant une insuffisance rénale chronique (IRC) modérée à sévère.2



Résultats

Tous les groupes de traitement ont présenté une amélioration significative du taux d’HbA1c entre l’inclusion et les semaines 26 et 52 (p < 0,0001). La variation du taux d’HbA1c entre l’inclusion et la semaine 26 était similaire entre les groupes, démontrant ainsi la non-infériorité du traitement par dulaglutide 1,5 mg et 0,75 mg par rapport au traitement par insuline glargine (Tableau 1).2

Tableau 1. Variation du taux d’HbA1c à 26 et 52 semaines chez des patients traités par dulaglutide 1,5 mg ou 0,75 mg ou par l’insuline glargine 2

HbA1c (%)a

Dulaglutide 1,5 mg

(n = 183)

Dulaglutide 0,75 mg

(n = 180) 

Insuline glargine

(n = 186) 

Variation entre l’inclusion et la semaine 26

-1,2 (0,1)b

-1,1 (0,1)b 

-1,1 (0,1)b

Différence entre les bras Dulaglutide et Glargine (IC à 95 %)

-0,05 (-0,26, 0,15)c

0,02 (-0,18, 0,22)d

N/A

Variation entre l’inclusion et la semaine 52

-1,1 (0,1)b

-1,1 (0,1)b

-1,0 (0,1)b

Différence entre les bras Dulaglutide et Glargine (IC à 95 %)

-0,10 (-0,34 ; 0,14)c

-0,10 (-0,33 ; 0,13)e

N/A

Abréviations : HbA1c = hémoglobine glyquée ; MMC = moyenne des moindres carrés ; ITTm = intention de traiter modifiée ; N/A = non applicable.

a Données présentées sous forme de MMC (ET), sauf indication contraire, et basées sur la population ITTm, définie comme tous les patients randomisés ayant reçu au moins une dose de traitement et pour lesquels au moins une mesure du taux d’HbA1c a été effectuée après la randomisation.

b p < 0,0001 par rapport à l’inclusion.

c p < 0,0001 pour la non-infériorité par rapport à l’insuline glargine avec une marge de 0,4 % ; p < 0,05 pour la non-infériorité par rapport à l’insuline glargine avec une marge de 0,3 %.

d p < 0,05 pour la non-infériorité par rapport à l’insuline glargine avec une marge de 0,4 %.

e p < 0,0001 pour la non-infériorité par rapport à l’insuline glargine avec une marge de 0,4 %.





Débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe)

De façon statistiquement significative, une moindre baisse du DFGe entre l’inclusion et la semaine 26 a été observée dans les groupes Dulaglutide 1,5 mg et 0,75 mg par rapport au groupe insuline glargine (p<0.05). De la même manière, entre l’inclusion et la semaine 52, une moindre baisse du DFGe était observée dans les groupes Dulaglutide 1,5 et 0,75 mg par rapport au groupe glargine, et ce, de façon statistiquement significative lorsque le DFG était estimé par une formule utilisant la cystatine C (p<0.05) (Tableau 2)2


Tableau 2. Variation du DFGe à 26 et 52 semaines chez des patients traités par dulaglutide 1,5 mg ou 0,75 mg ou par l’insuline glargine2

DFGe, ml/min/1,73 m2 a 

Dulaglutide 1,5 mg

(n = 192)

Dulaglutide 0,75 mg

(n = 190)

Insuline glargine

(n = 194)



CKD-EPI (creatinine)



Inclusion, moyenne (ET)

38,1 (13,2)

38,3 (12,3)

38,5 (13,0)



Variation entre l’inclusion et la semaine 26

-0,1 (-1,2 ; 1,0)b

-0,4 (-1,4 ; 0,7)b

-1,9 (-3,0 ; -0,9)c



Variation entre l’inclusion et la semaine 52

-1,1 (-2,4 ; 0,2)

-1,5 (-2,8 ; -0,2)c

-2,9 (-4,2 ; -1,6)d



CKD-EPI (cystatine C)



Inclusion, moyenne (ET)

37,3 (14,2)

37,7 (13,7)

38,3 (14,8)



Variation entre l’inclusion et la semaine 26

0,8 (-0,7 ; 2,3)b

1,1 (-0,4 ; 2,5)e

-3,0 (-4,4 ; -1,5)d



Variation entre l’inclusion et la semaine 52

-0,7 (-2,5 ; 1,0)b

-0,7 (-2,4 ; 1,1)b

-3,3 (-5,1 ; -1,6)c



Abréviations : CKD-EPI = équation de la « Chronic Kidney Disease Epidemiology Collaboration » ; DFGe = débit de filtration glomérulaire estimé ; MMC = moyenne des moindres carrés.

a Données présentées sous forme de MMC (IC à 95 %), sauf indication contraire, et basées sur la population d’analyse de la sécurité d’emploi, définie comme tous les patients ayant reçu au moins une dose de traitement et pour lesquels il existait des données post-administration.

b p < 0,05 par rapport à l’insuline glargine.

c p < 0,05 par rapport à l’inclusion.

d p < 0,0001 par rapport à l’inclusion.

e p < 0,0001 par rapport à l’insuline glargine.




Ratio albuminurie/créatininurie (RAC)

Chez les patients macroalbuminuriques à l’inclusion, une diminution significative du RAC a été observée entre l’inclusion et :

  • les semaines 26 et 52  lorsqu’ils étaient traités par dulaglutide 1,5 mg (semaine 26, p<0,0001 ; semaine 52, p = 0,0024),

  • la semaine 26 chez ceux traités par dulaglutide 0,75 mg (p = 0,0102).2



La diminution du RAC par rapport à l’inclusion, aux semaines 26 et 52, était significativement plus importante chez les patients traités par dulaglutide 1,5 mg que chez ceux traités par l’insuline glargine (26 semaines, p = 0,0076 ; 52 semaines, p = 0,0205). La diminution était numériquement plus importante chez les patients traités par dulaglutide 0,75 mg que chez ceux ayant reçu l’insuline glargine.2





References

1. Loghin C, de la Peña A, Cui X, et al. Pharmacokinetics of once weekly dulaglutide in special populations [abstract]. Diabetes. 2014;63(suppl 1):A251. https://doi.org/10.2337/db14-833-1316

2. Tuttle KR, Lakshmanan MC, Rayner B, et al. Dulaglutide versus insulin glargine in patients with type 2 diabetes and moderate-to-severe chronic kidney disease (AWARD-7): a multicentre, open-label, randomised trial. Lancet Diabetes Endocrinol. 2018;6(8):605-617. https://doi.org/10.1016/S2213-8587(18)30104-9






Glossaire

AWARD = Assessment of Weekly AdministRation of LY2189265 in Diabetes

DFGe = débit de filtration glomérulaire estimé

HbA1c = hémoglobine glyquée

IRC = insuffisance rénale chronique

IRT = insuffisance rénale terminale

MMC = moyenne des moindres carrés

PK = pharmacocinétique

RAC = rapport albuminurie/créatininurie

T2DM = diabète de type 2

revue le : 2018 M09 12

Contacter Lilly

Par téléphone ou email

Le service d'Information Médicale Lilly France répond à vos questions concernant l'ensemble des médicaments Lilly et leur environnement.

Ou

Conversation en ligne Notre équipe d’Information Médicale répond à vos questions en direct. Service disponible du lundi au vendredi, de 9h à 17h (sauf jours fériés).

Formulaire de contact