Taltz® (ixékizumab)

L'ensemble des documents de référence pour Taltz (le résumé des caractéristiques du produit (RCP), la notice, l’ensemble des avis de transparence et, le cas échéant, les manuels d'utilisation ou la Fiche d’information thérapeutique) est disponible et consultable en ligne

Ces éléments d’information sont fournis en réponse à votre question d’information médicale et peuvent contenir des données ne faisant pas partie des indications validées dans nos autorisations de mise sur le marché. Pour une information complète, se reporter au Résumé des Caractéristiques du Produit.

Taltz® (ixékizumab) peut-il être utilisé chez des patients atteints d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin ?

L’ixékizumab n’est pas recommandé chez les patients atteints d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI). Les données portant sur les événements indésirables de type MICI issues des études cliniques menées auprès d’adultes sont présentées.

FR_cFAQ_IXE335_INFLAMMATORY_BOWEL_DISEASE_PsO_PsA_axSpA
cFAQ
cFAQ
FR_cFAQ_IXE335_INFLAMMATORY_BOWEL_DISEASE_PsO_PsA_axSpA
fr-FR

Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : résumé

Les médecins prescripteurs doivent être conscients de cette mise en garde et respecter les recommandations appropriées relatives aux MICI figurant dans les mentions légales locales de l’ixékizumab.

Des nouveaux cas ou des aggravations de maladie inflammatoire chronique de l’intestin ont été signalés avec l’ixékizumab. L’ixékizumab n’est pas recommandé chez les patients atteints d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin.1 

En cas d’apparition de signes et symptômes d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin chez un patient, ou en cas d’exacerbation d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin préexistante, l’ixékizumab devra être interrompu et une prise en charge médicale appropriée devra être mise en place.1

Il n’existe pas de contre-indication à l’utilisation de l’ixékizumab chez les patients présentant des antécédents de MICI.1

Dans le programme d'études cliniques de phase 3 portant sur l’utilisation de l’ixékizumab dans le traitement du psoriasis, du rhumatisme psoriasique (RP) et des spondyloarthrites axiales (axSpA), les MICI sont globalement peu fréquentes (< 1 %) pour les périodes contrôlées versus placebo.

La fréquence des MICI au mois de Mars 2020 est de :

  • 0,5 % avec un TIAE de 0,2 pour 100 PA dans le programme portant sur le psoriasis chez l’adulte à 5 ans d'exposition (N = 6 449) ;
  • 0,2 % avec un TIAE de 0,1 pour 100 PA dans le programme portant sur le RP à 3 ans d'exposition (N = 1 401) ;
  • 1,7 % avec un TIAE de 0,9 pour 100 PA dans le programme portant sur les axSpA à 3 ans d'exposition (N = 932).2,3

Événements de type maladie de Crohn et rectocolite hémorragique dans les études cliniques menées chez l’adulte

Études cliniques portant sur le psoriasis

Par adjudication externe, 31 patients atteints de psoriasis ont rapporté des cas de MICI qui ont été jugés comme rectocolite hémorragique (RH) (n = 18, IR = 0,1 pour 100 PA) et Maladie de Crohn (MC) (n = 13, IR = 0,1 pour 100 PA) dans 15 études sur le psoriasis chez l'adulte ( N=6449 patients avec 17 599 PA d'exposition) en mars 2020 (Résumé des événements adjudiqués de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin  dans les études cliniques portant sur le psoriasis chez l’adulte : fréquence et taux d’incidence ajustés pour l’exposition (date limite fixée à mars 2020 pour toutes les données relatives à l’ixékizumab) ). Sur les 31 patients présentant des événements de MICI, 19 ont arrêté le traitement par ixékizumab à la discrétion de l'investigateur.

Résumé des événements adjudiqués de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin a dans les études cliniques portant sur le psoriasis chez l’adulte : fréquence et taux d’incidence ajustés pour l’exposition (date limite fixée à mars 2020 pour toutes les données relatives à l’ixékizumab)2,4 

Période d’inductionb

Période d’inductionb

Période d’entretienc

Période d’entretienc

15 études portant sur le PsO chez l’adulte


Placebo
N = 791

Ixékizumab
N = 2 328

Placebod
N = 402

Ixékizumab 
N = 824

Toutes les expositions à l’ixékizumab 
N = 6449

Total des PA

180

534,5

188,2

627,6

17 599

Maladie inflammatoire chronique de l’intestin, n (%)

0

3 (0,13)

3 (0,75)

4 (0,49)

31 (0,5)

IR/100 PA

0

0,56

1,59

0,64

0,2

Maladie de Crohn, n (%) 

0

1 (0,04)

3 (0,75)

1 (0,12)

13 (0,2)

 IR/100 PA

0

0,19

1,59

0,16

0,1

Rectocolite hémorragique, n (%)

0

2 (0,09)

0

3 (0,36)

18 (0,28)

IR/100 PA

0

0,37

0

0,48

0,1

Abréviations : MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin ; PA = patients-années ; PsO = psoriasis ; IR = taux d’incidence.

Remarque : le taux d’incidence a été calculé de la manière suivante : total des cas « certains » et « probables », divisé par le total de PA puis multiplié par 100.

aLes données relatives aux suspicions de MICI, telles qu’identifiées par des événements pouvant suggérer une rectocolite hémorragique ou une maladie de Crohn, ont été recueillies et les événements ont fait l’objet d’une adjudication par un comité d’évaluation clinique externe disposant d’une expertise dans les MICI.

bUNCOVER-1, -2 et -3 (semaines 0-12).

cUNCOVER-1 et -2 (semaines 12-60).

dLes patients ont reçu l’ixékizumab pendant la période d’induction.

Un résumé des événements ayant fait l’objet d’une adjudication avec des antécédents autodéclarés de MICI issus de cette population d'analyse est fourni dans le Apparition et exacerbation de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez des patients traités par ixékizumab dans 15 études portant sur le psoriasis chez l’adulte jusqu’à mars 2020  . Le nombre de patients présentant des antécédents autodéclarés de MICI était de 35. Sur ces 35 patients, 31 n’ont signalé aucun événement de type MICI pendant les études.2

Apparition et exacerbation de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez des patients traités par ixékizumab dans 15 études portant sur le psoriasis chez l’adulte jusqu’à mars 2020 2 

 

Toutes les expositions à l’ixékizumab dans le psoriasis 
N = 6449

Exposition totale jusqu’à mars 2020, PA

17 599

Patients ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n (%) 

35 (0,5)a

Total des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, n (%) [IR/100 PA]

31 (0,5) [0,2]

Maladie de Crohn, n (%) [IR/100 PA]

13 (0,2) [0,1]

Patients ayant présenté  1 événement et ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n

1

Patients ayant présenté  1 événement et n’ayant pas d’antécédents connus de MICI, n

12

Rectocolite hémorragique, n (%) [IR/100 PA]

18 (0,3) [0,2]

Patients ayant présenté  1 événement et ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n

3

Patients ayant présenté  1 événement et n’ayant pas d’antécédents connus de MICI, n

15

Abréviations : MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin ; PA = patients-années ; IR = taux d’incidence.

Remarque : le taux d’incidence a été calculé de la manière suivante : total des cas « certains » et « probables », divisé par le total de PA puis multiplié par 100.

a31 des 35 patients présentant des antécédents autodéclarés de MICI n’ont signalé aucun événement de type MICI pendant les essais.

Études cliniques portant sur le rhumatisme psoriasique

Dans 4 études portant sur le RP, 3 patients souffrant de RP ont signalé des cas de MICI qui ont été considérés, après adjudication externe, comme une RH (n = 1, IR = 0,0 pour 100 PA) et une MC (n = 2, IR = 0,1 pour 100 PA) jusqu’à mars 2020 (n = 1 401 patients adultes souffrant de RP,  2 248 PA d’exposition) (Résumé des événements de type MICI ayant fait l’objet d’une adjudication dans les études cliniques portant sur le rhumatisme psoriasique : fréquence et taux d’incidence ajustés à l’exposition (date limite fixée à mars 2020 pour toutes les données relatives à l’ixékizumab)). Sur les 3 patients ayant présenté des événements de type MICI, 1 a arrêté le traitement par ixékizumab à la discrétion de l’investigateur.2

Résumé des événements de type MICI ayant fait l’objet d’une adjudicationa dans les études cliniques portant sur le rhumatisme psoriasique : fréquence et taux d’incidence ajustés à l’exposition (date limite fixée à mars 2020 pour toutes les données relatives à l’ixékizumab)2,5

 

Placebo jusqu’à 24 semainesb
N = 224

Ixékizumab jusqu’à 24 semainesb
N = 454

Toutes les expositions à l’ixékizumab dans 4 études portant sur le rhumatisme psoriasique 
N = 1 401

PA totaux

85,7

193,8

2 248

Maladie inflammatoire chronique de l’intestin, n (%)

0

0c

3 (0,2)

IR/100 PA

0

0

0,1

Maladie de Crohn, n (%)

0

0

2 (0,1)

IR/100 PA

0

0

0,1

Rectocolite hémorragique, n (%)

0

0

1 (0,1)

IR/100 PA

0

0

0,0

Abréviations : MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin ; PA = patients-années ; IR = taux d’incidence.

Remarque : le taux d’incidence a été calculé de la manière suivante : total des cas « certains » et « probables », divisé par le total des PA puis multiplié par 100.

aLes données relatives aux suspicions de MICI, telles qu’identifiées par des événements pouvant suggérer une rectocolite hémorragique ou une maladie de Crohn, ont été recueillies et les événements ont fait l’objet d’une adjudication par un comité d’évaluation clinique externe disposant d’une expertise dans les MICI.

bLes données sont issues des 24 premières semaines des études SPIRIT-P1 et SPIRIT-P2.

cUn patient a présenté un abcès anal et une fistule anale. Cet événement a été considéré comme cohérent avec une MICI, mais l’adjudication n’a pas conclu à une maladie de Crohn ou à une rectocolite hémorragique en raison d’informations insuffisantes.

Un résumé des événements ayant fait l’objet d’une adjudication avec des antécédents autodéclarés de MICI issus de cette population d'analyse est fourni dans le Survenue et exacerbation de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez des patients traités par ixékizumab dans 4 études portant le RP jusqu’à mars 2020. Le nombre de patients présentant des antécédents autodéclarés était de 14. Sur ces 14 patients, 14 n’ont signalé aucun événement de type MICI pendant les études.2

Survenue et exacerbation de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez des patients traités par ixékizumab dans 4 études portant le RP jusqu’à mars 20202

Toutes les expositions à l’ixékizumab dans le RP
N = 1 401
n (%)

Exposition totale jusqu’à mars 2020, PA

2248

Patients ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n (%)

14 (1,0)a

Total des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, n (%) [IR/100 PA]

3 (0,2) [0,1]b,c

Maladie de Crohn, n (%) [IR/100 PA]

2 (0,1) [0,1]

 Patients ayant présenté  1 événement et ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n

0

 Patients ayant présenté  1 événement et n’ayant pas d’antécédents connus de MICI, n

2

Rectocolite hémorragique, n (%) [IR/100 PA]

1 (0,1) [0,0]

Patients ayant présenté  1 événement et ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n

0

Patients ayant présenté  1 événement et n’ayant pas d’antécédents connus de MICI, n

1

Abréviations : MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin ; PA = patients-années ; TI = taux d’incidence.

Remarque : le taux d’incidence a été calculé de la manière suivante : total des cas « certains » et « probables », divisé par le total des PA puis multiplié par 100.

a14 des 14 patients présentant des antécédents autodéclarés de MICI n’ont signalé aucun événement de type MICI pendant les essais.

bUn patient supplémentaire a présenté un abcès anal et une fistule anale. Cet événement a été considéré comme cohérent avec une MICI, mais l’adjudication n’a pas conclu à une maladie de Crohn ou à une rectocolite hémorragique en raison d’informations insuffisantes.

cTrois patients ont eu des événements de MICI confirmés par l'adjudication. Un patient a eu plus d'un événement.

Études portant sur les spondylarthrites axiales

Dans 4 études portant sur les spondylarthrites axiales (axSpA), 16 patients souffrant d'axSpA ont signalé des cas de MICI qui ont été considérés, après adjudication externe, comme une RH (n = 10, IR = 0,6 pour 100 PA) et une MC (n = 6, IR = 0,3 pour 100 PA  jusqu’à mars 2020 (n = 932 patients adultes souffrant d'axSpA, ce qui représente 1 792,2 PA d’exposition) (Résumé des événements de type maladie inflammatoire chronique de l’intestin ayant fait l’objet d’une adjudication dans les études portant sur les spondylarthrites axiales jusqu’à avril 2020). Sur les 16 patients ayant présenté des événements de type MICI, 6 ont quitté l'étude à la discrétion de l’investigateur.2

Résumé des événements de type maladie inflammatoire chronique de l’intestin ayant fait l’objet d’une adjudicationa dans les études portant sur les spondylarthrites axiales jusqu’à avril 20202,3

Placebo jusqu’à 16 semaines
N = 294b

Ixékizumab jusqu’à 16 semaines
N = 574b

Toutes les expositions à l’ixékizumab dans 4 études portant sur l'axSpA
N = 932

PA totaux

89,9

175,8

1792,2

Maladie inflammatoire chronique de l’intestin, n (%)

1 (0,3)c,d

5 (0,9)

16e(1,7)

IR/100 PA

1,1

2,8

0,9

Maladie de Crohn, n (%)

1 (0,3)e

4 (0,7)

6 (0,6)

IR/100 PA

1,1

2,3

0,3

Rectocolite hémorragique, n (%)

0

1 (0,2)

10 (1,1)

TI/100 PA

0f

0,6

0,6

Abréviations : MC = maladie de Crohn ; MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin ; PA = patients-années ; RH = rectocolite hémorragique ; SA/SpAax-r = spondylite ankylosante/spondylarthrite axiale radiographique ; SpAax = spondylarthrite axiale ; SpAax-nr = spondylarthrite axiale non radiographique ; TI = taux d’incidence.

Remarque : le taux d’incidence a été calculé de la manière suivante : total des cas « certains » et « probables », divisé par le total des PA puis multiplié par 100.

aLes données relatives aux suspicions de MICI, telles qu’identifiées par des événements pouvant suggérer une rectocolite hémorragique ou une maladie de Crohn, ont été recueillies et les événements ont fait l’objet d’une adjudication par un comité d’évaluation clinique externe disposant d’une expertise dans les MICI.

bLes données sont issues des 16 premières semaines des études COAST-V, COAST-W (r-axSpA) et COAST-X (nr-axSpA).

cLe cas de 1

dLe cas de 1 patient de l’essai COAST-X ayant des antécédents de RH a été classé dans la catégorie « informations insuffisantes » après adjudication.

eUn événement supplémentaire s'est produit pendant le suivi de tolérance dans le programme COAST et n'est pas compté comme un TEAE.

fLe cas de 1 patient de l’essai COAST-X ayant des antécédents de RH a été classé dans la catégorie « informations insuffisantes » après adjudication.

Un résumé des événements ayant fait l’objet d’une adjudication avec des antécédents autodéclarés de MICI issus de cet ensemble de données est fourni dans le Apparition et exacerbation de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez des patients traités par ixékizumab dans 4 études portant sur les axSpA (jusqu’à avril 2020). Le nombre de patients présentant des antécédents autodéclarés était de 30. Sur ces 30 patients, 25 n’ont signalé aucun événement de type MICI pendant les études.2

Apparition et exacerbation de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez des patients traités par ixékizumab dans 4 études portant sur les axSpA (jusqu’à avril 2020)a2,3

 

Toutes les expositions à l'ixékizumab dans 4 études portants sur les axSpA 

n = 932

n (%)

Total des expositions, Mars 2020, PA

1 792,2

Patients ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n (%)

30 (3,2)b

Total des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, n (%) [IR/100 PA]

16 a (1,4) [0,973]

Maladie de Crohn, n (%) [IR/100 PA]

6 (0,6) [0,3]

Patients ayant présenté  1 événement et ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n

1

Patients ayant présenté  1 événement et n’ayant pas d’antécédents connus de MICI, n

5

Rectocolite hémorragique, n (%) [IR/100 PA]

10 (1,1) [0,6]

Patients ayant présenté  1 événement et ayant des antécédents autodéclarés de MICI, n

4

Patients ayant présenté  1 événement et n’ayant pas d’antécédents connus de MICI, n

6

Abréviations : MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin ; PA = patients-années ; IR = taux d’incidence.

Remarque : le taux d’incidence a été calculé de la manière suivante : total des cas « certains » et « probables », divisé par le total des PA puis multiplié par 100.

aUn patient qui a reçu un placebo dans COAST-W a signalé une rectocolite hémorragique et a ensuite été qualifié de maladie de Crohn. De plus, 1 patient de COAST-X qui a reçu un placebo avait des antécédents de rectocolite hémorragique et a été signalé comme un cas de rectocolite hémorragique, mais a été jugé insuffisant.

b25 des 30 patients présentant des antécédents autodéclarés de MICI n’ont signalé aucun événement de type MICI pendant les études.

Références

1Taltz [Résumé des Caractéristiques du Produit]. Eli Lilly and Company (Ireland) Limited, Irlande.

2Données internes. Eli Lilly and Company et/ou l’une de ses filiales.

3Schwartzman S, Sandoval D, Kronbergs A, et al. Long-term safety profile of ixekizumab treatment on patients with axial spondyloarthritis. Poster presented at: Florida Society of Rheumatology 2021 Annual Meeting; July 9-11, 2021; Orlando, FL.

4Reich K, Leonardi C, Langley RG, et al. Inflammatory bowel disease among patients with psoriasis treated with ixekizumab: a presentation of adjudicated data from an integrated database of 7 randomized controlled and uncontrolled trials. J Am Acad Dermatol 2017;76(3);441-448.e2. https://dx.doi.org/10.1016/j.jaad.2016.10.027

5Genovese MC, Colombel JF, Gellett AM, et al. Incidence of inflammatory bowel disease among patients treated with ixekizumab: an update on adjudicated data from an integrated database of patients with psoriasis and psoriatic arthritis. Presented at: American College of Rheumatology/AHRP 2018 Annual Scientific Meeting; October 19-24, 2018; Chicago, IL.

Glossaire

r-axSpA = spondylite ankylosante/spondylarthrite axiale radiographique

axSpA = spondylarthrites axiales

MC = maladie de Crohn

MICI = maladie inflammatoire chronique de l’intestin

nr-axSpA = spondylarthrite axiale non radiographique

PA = patients-années

RH = rectocolite hémorragique

revue le : December 10, 2020


Contacter Lilly

Par téléphone ou email

Le service d'Information Médicale Lilly France répond à vos questions concernant l'ensemble des médicaments Lilly et leur environnement.

Ou

Conversation en ligne

Service actuellement indisponible

Notre équipe d’Information Médicale répond à vos questions en direct. Service disponible du lundi au vendredi, de 9h à 17h (sauf jours fériés).

Formulaire de contact