Olumiant® (baricitinib)

L'ensemble des documents de référence pour Olumiant (le résumé des caractéristiques du produit (RCP), la notice, l’ensemble des avis de transparence et, le cas échéant, les manuels d'utilisation ou la Fiche d’information thérapeutique) est disponible et consultable en ligne

Ces éléments d’information sont fournis en réponse à votre question d’information médicale et peuvent contenir des données ne faisant pas partie des indications validées dans nos autorisations de mise sur le marché. Pour une information complète, se reporter au Résumé des Caractéristiques du Produit.

Olumiant® (baricitinib) : Incidence des hépatites virales dans la dermatite atopique

Des cas de réactivation virale ont été rapportés dans les études cliniques portant sur le baricitinib. Un dépistage des hépatites virales doit être réalisé conformément aux recommandations cliniques avant le début du traitement par baricitinib.

Informations relatives aux hépatites virales issues des protocoles des études cliniques de phase 3 BREEZE-AD

Critères des protocoles relatifs aux hépatites virales

Hépatite B

Les patients présentant des signes d’infection active ou chronique par le virus de l’hépatite B étaient exclus des essais cliniques.1

Avant l’inclusion dans les études, les patients devaient être testés pour détecter l’HBsAg, l’HBcAb et l’ADN du VHB. Un test positif pour le virus de l’hépatite B était défini de la manière suivante :

  • positif pour l’HBsAg ; ou

  • positif pour l’HBcAb et positif pour l’ADN du VHB.1

Les patients étaient autorisés à intégrer les études s’ils étaient positifs pour l’HBcAb et négatifs pour l’ADN du VHB. Ces patients faisaient l’objet d’une surveillance au cours des études (voir le Tableau 1).1

Hépatite C

Les patients présentant des signes d’infection active ou chronique par le virus de l’hépatite C étaient exclus des essais cliniques. Les patients étaient exclus s’ils étaient positifs pour l’anticorps anti-hépatite C avec présence confirmée d’ARN du VHC.1

Les patients étaient autorisés à intégrer les études s’ils avaient pris un traitement documenté contre le VHC dans le cadre d’une infection passée par le VHC et s’ils étaient négatifs pour l’ARN du VHC.1

Autres types d’hépatite virale

Aucun autre type d’hépatite virale n’était précisé dans les critères d’exclusion. Cependant, les patients étaient exclus de la participation s’ils :

  • présentaient ou avaient récemment présenté une infection virale cliniquement grave ;

  • présentaient les anomalies biologiques suivantes lors du screening :

    • ASAT ≥ 2 fois la limite supérieure de la normale (LSN) ;

    • ALAT ≥ 2 fois la LSN ;

    • bilirubine totale ≥ 1,5 fois la LSN ;

  • présentaient ou avaient présenté des troubles hépatiques ou toute autre pathologie grave et/ou instable qui, de l’avis de l’investigateur, pourrait constituer un risque inacceptable lors de la prise du médicament expérimental ou pourrait interférer avec l’interprétation des données.1

Surveillance des hépatites virales pendant les essais cliniques

Surveillance de l’hépatite B

Les patients qui étaient positifs pour l’HBcAb et négatifs pour l’ADN du VHB (non détectable) lors du screening faisaient l’objet d’un dosage de l’ADN du VHB à la semaine 16, et ce indépendamment de leur statut en matière d’HBsAb. Voir le Tableau 1 pour des informations sur la surveillance et le Tableau 2 pour les résultats de la surveillance.1

Les résultats pour l’ADN du virus de l’hépatite B étaient classés de la manière suivante :

  • non détectable ;

  • détectable mais inférieur à la limite inférieure de quantification ;

  • détectable et supérieur à la limite inférieure de quantification.1

Tableau 1. Surveillance de l’ADN du virus de l’hépatite B dans les essais cliniques portant sur l’utilisation du baricitinib dans la dermatite atopique1a

Si...

Alors...

un seul résultat de test était « inférieur à la limite de quantification »

le test était répété au cours des 2 semaines qui suivaient

le résultat du test répété était « indétectable »

la surveillance était répétée conformément au calendrier de l’étude

au moins 2 résultats de tests étaient « inférieurs à la limite de quantification »

le patient devait arrêter définitivement le traitement de l’étude et était adressé à un spécialiste en hépatologie

un seul résultat de test était « supérieur à la limite de quantification »

le patient devait arrêter définitivement le traitement de l’étude et était adressé à un spécialiste en hépatologie


a Les patients qui étaient positifs pour l’HBcAb et négatifs pour l’ADN du VHB (non détectable) faisaient l’objet d’un dosage de l’ADN du VHB à la semaine 16.

Surveillance des autres types d’hépatite virale

Le dépistage en série de l’ARN du VHC et la surveillance des autres types d’hépatite virale n’étaient pas réalisés en routine dans les études cliniques. Cependant, une sélection de tests a pu être effectuée en cas d’anomalie hépatique survenant sous traitement. Ces tests portaient sur :

  • les anticorps anti-hépatite A (totaux et IgM) ;

  • l’hépatite B (antigène de surface, anticorps de surface et anticorps nucléocapsidique) ;

  • les anticorps anti-hépatite C ;

  • les anticorps anti-hépatite E (IgG et IgM).1

Statut en matière d’ADN du virus de l’hépatite B dans les études cliniques portant sur la dermatite atopique

58 patients traités par BARI ont fait l’objet d’un dosage de l’ADN du VHB après l’inclusion. Parmi ces 58 patients, 56 (96,6 %) ont présenté un ADN du VHB non détectable après l’inclusion. Le Tableau 2 fournit les résultats en fonction de la sérologie à l’inclusion.1

Tableau 2. Sérologie pour l’hépatite B à l’inclusion chez les patients ayant fait l’objet d’un dosage de l'ADN du virus de l’hépatite B après l’inclusion1

BARI toutes doses dans la DA
N
 = 2 531

Sérologie à l’inclusiona

Dosages de l’ADN du VHB après l’inclusion

ADN non détectable
n (%)

Détectable < LIQ
n (%)

Détectable ≥ LIQ
n (%)

Total

HBsAb+/HBcAb+

45 (95,7)

1b (2,1)

1c (2,1)

47

HBsAb-/HBcAb+

11 (100)

0

0

11

Total

56 (96,6)

1 (1,7)

1 (1,7)

58

Abréviations : ADN du VHB = acide désoxyribonucléique du virus de l’hépatite B ; BARI = baricitinib ; DA = dermatite atopique ; HBcAb = anticorps nucléocapsidique de l’hépatite B ; HBsAb = anticorps de surface de l’hépatite B ; LIQ = limite inférieure de quantification. 

a Les patients étaient autorisés à entrer dans les études cliniques portant sur la dermatite atopique s’ils étaient positifs pour l’HBcAb et négatifs pour l’ADN du VHB. Ces patients faisaient l’objet d’une surveillance pendant les études avec un dosage de l’ADN du VHB après l’inclusion. 

b Le patient recevait le BARI 2 mg dans l’étude initiale et n’a pas participé à l’étude d’extension à long terme. Aucun autre dosage de l’ADN du VHB en laboratoire n’a été réalisé.

c Le patient recevait le BARI 4 mg dans l’étude initiale et dans l’étude d’extension à long terme. Outre les résultats pour l’ADN du VHB, une hépatomégalie a été mise en évidence à l’échographie et le patient a dû quitter l’étude. Environ 3 semaines plus tard, les résultats des examens biologiques étaient normaux.

La population d'analyse BARI DA toutes doses incluait 2 531 (total des PAE = 2 247,4) patients atteints de DA issus de 1 étude de phase 2, de 5 études de phase 3 et de 2 études d’extension de phase 3 ayant reçu le BARI à différentes doses, dont les suivantes :

  • BARI 1 mg (n = 538, PAE = 245,9) ;

  • BARI 2 mg (n = 1 580, PAE = 1 129,5) ;

  • BARI 4 mg (n = 914, PAE = 872,8).1

Inclut tous les patients ayant été exposés au BARI, pour toute dose, à tout moment au cours des études, que ce soit à la randomisation ou au changement de traitement ou d’un traitement de secours depuis le placebo. Les données n’ont pas été censurées au changement de dose.1

Remarque : la dose de BARI 1 mg a été étudiée dans les études pivotales, mais n’est pas autorisée. Pour connaître la posologie autorisée, veuillez consulter le résumé des caractéristiques du produit.

Événements indésirables de type hépatite virale dans les études cliniques portant sur la dermatite atopique

Les événements apparus sous traitement liés aux hépatites virales dans l’ensemble de données de sécurité pour toutes les doses de BARI dans la DA incluaient :

  • 1 (0,0 %) cas d’HBsAg positif ;

  • 1 (0,0 %) cas d’hépatite E.1

Mises en garde et précautions liées aux infections, à la réactivation virale et aux élévations des transaminases hépatiques

Infections

Le baricitinib est associé à une augmentation du taux d’infections par rapport au placebo, notamment des infections des voies respiratoires supérieures. Dans les études cliniques portant sur la polyarthrite rhumatoïde, l’association avec le méthotrexate a entraîné une augmentation de la fréquence des infections par rapport au traitement par baricitinib en monothérapie chez les patients naïfs de tout traitement.2

Les risques et les bénéfices d’un traitement par baricitinib doivent être pris en considération avant l’instauration du traitement chez les patients présentant des infections actives, chroniques ou récurrentes.2

En cas de survenue d’une infection, le patient doit faire l’objet d’une surveillance étroite et le traitement par baricitinib doit être temporairement interrompu si le patient ne répond pas à un traitement standard. Le traitement par baricitinib ne doit pas être réinstauré avant guérison de l’infection.2

Réactivation virale

Des réactivations virales, dont des cas de réactivation de virus herpétiques (par exemple zona, Herpes simplex), ont été rapportées dans les études cliniques. Dans les études cliniques portant sur la polyarthrite rhumatoïde, le zona a été rapporté plus fréquemment chez les patients âgés de 65 ans et plus ayant déjà été traités à la fois par des DMARD biologiques et conventionnels.2

Un dépistage des hépatites virales doit être réalisé conformément aux recommandations cliniques avant le début du traitement par baricitinib.2

  • Les patients présentant des signes d’infection active par le virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C étaient exclus des études cliniques.

  • Les patients, qui présentaient des anticorps contre le virus de l’hépatite C, mais négatif au test d’ARN de ce virus, ont été autorisés à participer.

  • Les patients ayant des anticorps dirigés contre les antigènes de surface et contre la nucléocapside du virus de l’hépatite B, sans présence d’antigène de surface du virus de l’hépatite B, ont également été autorisés à participer ; une surveillance étroite par mesure de l’expression de l’ADN du virus de l’hépatite B (VHB) devait être mis en place chez ces patients.

  • en cas de détection de l’ADN du VHB, un hépatologue doit être consulté pour déterminer si l’interruption du traitement est justifiée.2

Élévations des transaminases hépatiques

Des augmentations dose-dépendantes de l’activité des alanine aminotransférases (ALAT) et des aspartate aminotransférases (ASAT) sanguines ont été rapportées chez les patients traités par baricitinib par rapport à ceux sous placebo. Des augmentations des ALAT et des ASAT à un niveau supérieur ou égal à 5 et 10 fois la limite supérieure de la normale (LSN) ont été rapportées chez moins de 1 % des patients au cours des études cliniques. Dans les études cliniques portant sur la polyarthrite rhumatoïde chez les patients naïfs de tout traitement, l’association de baricitinib avec le méthotrexate a entraîné une augmentation de la fréquence des élévations des transaminases hépatiques par rapport au baricitinib en monothérapie.2

Si des augmentations de l’ALAT ou de l’ASAT sont observées pendant la prise en charge de routine des patients et qu’une lésion hépatique d’origine médicamenteuse est suspectée, le traitement par baricitinib doit être temporairement interrompu jusqu’à ce que ce diagnostic soit exclu.2

Références

1. Données internes. Eli Lilly and Company et/ou l’une de ses filiales.

2. Olumiant [Résumé des Caractéristiques du Produit]. Eli Lilly Nederland B.V., Pays-Bas.

Glossaire

DA = dermatite atopique

ALAT = alanine-aminotransférase

ASAT = aspartate-aminotransférase

ADN = acide désoxyribonucléique

BARI = baricitinib

HBcAb = anticorps nucléocapsidique de l’hépatite B

HBsAb = anticorps de surface de l’hépatite B

HBsAg = antigène de surface de l’hépatite B

VHB = virus de l’hépatite B

VHC = virus de l’hépatite C

Ig = immunoglobuline

ARN = acide ribonucléique

LSN = limite supérieure de la normale

revue le : 2021 M02 02


Contacter Lilly

Par téléphone ou email

Le service d'Information Médicale Lilly France répond à vos questions concernant l'ensemble des médicaments Lilly et leur environnement.

Ou

Conversation en ligne

Service actuellement indisponible

Notre équipe d’Information Médicale répond à vos questions en direct. Service disponible du lundi au vendredi, de 9h à 17h (sauf jours fériés).

Formulaire de contact